Côte basque : les falaises impactées à la suite des fortes pluies 8 janvier 2021

Plusieurs secteurs des falaises rocheuses de la Côte basque ont connu des instabilités parfois spectaculaires, témoignant du recul du trait de côte sur cette partie de la façade atlantique.

Les conditions météorologiques de cette fin d’année 2020 ont été particulièrement agitées et ont mis à rude épreuve la stabilité des falaises côtières du Pays basque entre Bidart et Hendaye. Après le glissement spectaculaire survenu fin octobre sur la Corniche basque à Urrugne, plusieurs mouvements de terrain d’ampleur variable ont été à déplorer pendant la première quinzaine du mois de décembre sur les communes de Bidart, Saint-Jean-de-Luz et Hendaye.

À Bidart, au niveau de la Corniche de la falaise, une ancienne cicatrice de glissement entaillant le versant de plus de 70 m de hauteur (les falaises les plus hautes de la côte basque !) s’est réactivée dans sa partie sommitale sous l’effet notamment des fortes précipitations. Un éboulement s’est produit le 8 décembre dernier et les jours suivants. Le phénomène n’a pas donné lieu à des dégâts autres qu’à un ancien mur maçonné, qui s’est effondré sur une dizaine de mètres de large. L’instabilité a donné lieu par ailleurs à un recul du sommet de falaise (trait de côte) de quelques mètres. Ce glissement de terrain illustre l’exposition des enjeux situés en arrière-plan, à distance plus ou moins modérée, en premier lieu desquels le sentier du littoral et la voirie communale.

Vue aérienne de la cicatrice d’arrachement de la Corniche de la falaise (Bidart) et identification de la zone impactée le 08/12/20
Crédit photo : Observatoire de la Côte Aquitaine, novembre 2020
Effondrement du mur maçonné à la suite du glissement de terrain survenu le 08/12/20 sur la Corniche de la falaise à Bidart
Crédit photo : Observatoire de la Côte Aquitaine, 2020
Effondrement du mur maçonné et recul du sommet de falaise à la suite du glissement de terrain survenu le 08/12/20 sur la Corniche de la falaise à Bidart
Crédit photo : Observatoire de la Côte Aquitaine, 2020

À 400 m au sud-ouest environ, la Rue de la plage permettant d’accéder à la plage du centre de Bidart, a été impactée par des mouvements de terrain qui se sont amorcés le 08/12/20 et se sont poursuivis les jours suivants. Ces mouvements se sont manifestés par une importante fissuration ainsi que par des décrochements d’ouverture d’une superficie d’environ 3000 m², impactant la chaussée communale ainsi que les places de parking attenantes. Ces désordres correspondent à une réactivation et à l’extension de l’emprise d’un glissement dont les premières manifestations se sont amorcées en début d’année 2018 à la suite déjà d’un épisode de pluviométrie et d’agitation marine marqué.

Déformation sur la chaussée de la Rue de la Plage, Bidart, le 11 décembre 2020
Crédit photo : Observatoire de la Côte Aquitaine, 2020
Déformation sur la chaussée et places de parking de la Rue de la Plage, Bidart, le 11 décembre 2020
Crédit photo : Observatoire de la Côte Aquitaine, 2020

Sur la commune de Saint-Jean-de-Luz, un glissement de terrain a été constaté le 10 décembre 2020 sur la frange littorale entre les secteurs de la Pile d’Assiettes et la Croix d’Archiloa. Des désordres ont été observés sur un linéaire de falaise atteignant 60 m environ, avec la présence de fractures et de décrochements au droit du sentier du littoral et ce jusqu’à près d’une dizaine de mètres en arrière de la tête de versant. Ces désordres ont conduit la Ville de Saint-Jean-de-Luz à prendre un arrêté portant interdiction d’accès et de circulation pour danger grave et imminent. Le secteur touché présente des hauteurs de falaises proches de 40 m, constituées en partie supérieure par des roches (flychs marno-calcaires) altérées, sensibles aux variations de teneur en eau. Ce secteur du littoral luzien a par le passé déjà été l’objet de glissements de terrain d’ampleur variable.

Décrochement d’une trentaine de centimètres au droit du sentier du littoral sur le secteur de la Croix d’Archilua, Saint-Jean-de-Luz, le 11 décembre 2020 Observatoire de la Côte Aquitaine, 2020
Crédit photo : Observatoire de la Côte Aquitaine, 2020

À l’est du territoire d’Hendaye, entre les lieux-dits Asporotstippi et Haizabia, un autre glissement de terrain a été constaté à la même période, le phénomène s’étant vraisemblablement déclaré dans la nuit du 10 au 11 décembre 2020. Cette instabilité a touché un secteur de falaise de moindre hauteur (environ 30 m) mais également constitué de flyschs marno-calcaires altérés. Le phénomène survenu correspond à un glissement plan ayant mobilisé une épaisseur de matériaux de plusieurs mètres ayant glissé au contact d’un banc argileux, sous l’effet vraisemblablement de circulations d’eau. Le linéaire de falaise concerné par les mouvements atteint près de 30 m. Le glissement bordant directement le sentier du littoral, le linéaire concerné est actuellement fermé au public. Ce secteur avait déjà été l’objet d’instabilités significatives dans un passé plus ou moins proche.

Glissement en bordure immédiate du sentier du littoral vers Haizabia, Hendaye, le 11 décembre 2020
Crédit photo : Observatoire de la Côte Aquitaine, 2020
Glissement en bordure immédiate du sentier du littoral vers Haizabia, Hendaye, le 11 décembre 2020
Crédit photo : Observatoire de la Côte Aquitaine, 2020

Les fortes pluies qui se sont abattues sur le Pays basque au cours des dix premiers jours du mois de décembre 2020 ont constitué le déclencheur de ces différentes instabilités. Il est ainsi tombé environ 255 mm du 1er au 9/12 sur le poste Météo France de Socoa (Ciboure), dont 228,8 mm du 5 au 9. Ces précipitations très importantes favorisent l’érosion de surface ainsi que le développement de circulations d’eau souterraines. Ces différents événements illustrent la dynamique des mouvements de terrain affectant de façon plus ou moins marquée l’ensemble des falaises rocheuses de la Côte basque, depuis Anglet jusqu’à Hendaye.