L’OCA passe le cap des 20 ans ! 20 octobre 2017

Travailler sur le long terme pour faire face à l’instant. Telle était la devise de l’Observatoire de la Côte Aquitaine (OCA) à sa création, il y a maintenant plus de vingt ans. L’OCA a souhaité valoriser cette initiative locale, reconnue internationalement, et a réuni, le 12 octobre dernier à Moliets, partenaires et gestionnaires du littoral à l’occasion d’un événement célébrant ses 20 ans d’activité.

Une centaine de personnes étaient présentes lors de cette journée, qui fut l’occasion de rappeler la nécessité des suivis réguliers et de l’expertise scientifique ainsi que de diffuser la connaissance des risques littoraux pour favoriser une culture partagée des risques et de leur gestion durable.

La journée fut rythmée en six temps : discours officiels et bilan des 20 ans d’activité de l’Observatoire, retour d’expériences avec le grand témoin de l’événement Gibus de Soultrait, temps d’échanges avec nos partenaires scientifiques, table-ronde sur la thématique « De l’observation à l’action, quelle organisation pour une gestion durable du littoral ? », témoignages des pionniers de l’Observatoire et cocktail déjeunatoire.

Début de l’événement célébrant les 20 ans de l’Observatoire de la Côte Aquitaine
Crédit photo : Observatoire de la Côte Aquitaine / Com’ by AVM

Aline Marchand, Maire de Moliets-et-Maâ, a ouvert la journée et accueilli les personnes présentes avant de laisser la parole à Jean-Yves Caullet, président du conseil d’administration de l’Office national des forêts (ONF). Michèle Rousseau, présidente du Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM), lui a succédé au pupitre. Les deux présidents des structures porteuses techniques de l’OCA ont rappelé l’importance d’un tel outil au service des gestionnaires du littoral, la nécessité d’observer l’environnement pour le comprendre, acquérir des savoirs et l’exemplarité du partenariat de l’OCA, reconnu à l’échelle nationale. Xavier Fortinon, président du Département des Landes et de la communauté de communes de Mimizan, a également pris part aux discours officiels. Le Département des Landes est l’un des partenaires historiques de l’Observatoire au même titre que la Région Nouvelle-Aquitaine, véritable précurseur de l’OCA. Vital Baude, le conseiller régional délégué au littoral pour la Région Nouvelle-Aquitaine, a rappelé l’intérêt de disposer de connaissances de référence en amont des prises de décision concernant la gestion du littoral. Le sous-préfet de Dax, Lucien Giudicelli, a clôturé les discours officiels en tant que représentant de l’État, précurseur au même titre que la Région.

Francis Maugard (ONF) et Cyril Mallet (BRGM) sont revenus sur les 20 ans d’activité de l’Observatoire de la Côte Aquitaine à travers un bilan avant de laisser place à Gibus de Soultrait, grand témoin et ambassadeur de cet événement.

Une journée placée sous le signe du partage et des témoignages

Gibus de Soultrait, interrogé par Pascal Rabiller, journaliste et chef du service Eco de Sud Ouest, est revenu sur l’aventure Surf Session, premier magazine de surf en Europe dont il a été l’un des fondateurs et le directeur de la rédaction jusqu’en 2014. Gibus de Soultrait a également abordé la création de Surfrider Foundation Europe, son rôle en tant que membre fondateur et la transformation de cette association, originalement conçue pour les surfeurs, devenue aujourd’hui une ONG qui joue un rôle de lobby auprès du parlement européen et des gouvernements pour la protection de l’environnement et la préservation du littoral. Pour conclure, Gibus de Soultrait est revenu sur l’importance de favoriser une culture partagée des risques pour améliorer leur perception au sein de la société et faciliter l’adaptation face aux évolutions du littoral.

Gibus de Soultrait, interrogé par Pascal Rabiller
Crédit photo : Observatoire de la Côte Aquitaine / Com’ by AVM

Cet événement fut l’occasion de valoriser les partenariats scientifiques établis dans le cadre de l’Observatoire de la Côte Aquitaine. En effet, si l’ONF et le BRGM sont les principaux opérateurs, la connaissance et la recherche sur le milieu littoral se font également en collaboration avec nos partenaires universitaires et du CNRS. Des courtes vidéos de présentation de chaque partenaire, réalisées au mois de septembre, ont été diffusées pendant l’événement. Les partenaires présents (Nadia Sénéchal et Bruno Castelle du laboratoire EPOC, le laboratoire LIENSs fut lui excusé, Denis Morichon du laboratoire SIAME et Iker Castège du Centre de la Mer de Biarritz) ont pu réagir aux vidéos diffusées et apporter des compléments. Ces vidéos sont à retrouver sur le site Internet de l’Observatoire de la Côte Aquitaine dans la rubrique « Médiathèque ».

Cette journée fut l’occasion de rappeler la nécessité des suivis réguliers et de réunir sept personnes issues de milieux différents afin d’échanger autour d’une table-ronde sur la thématique suivante : « De l’observation à l’action, quelle organisation pour une gestion durable du littoral ? ». Étaient présents autour de la table :

  • Xavier Fortinon, président du Département des Landes et de la communauté de communes de Mimizan
  • Gibus De Soultrait, cofondateur et ancien directeur de la rédaction de Surf Session, cofondateur de Surfrider Foundation Europe
  • Isabelle Kisielewski, chargée de mission, délégation régionale du Conservatoire du littoral
  • Renaud Lagrave, président du GIP Littoral Aquitain et vice-président de la Région Nouvelle-Aquitaine en charge des infrastructures, des transports et des mobilités
  • Bernard Dulau, vice-président de l’association Adala (Association des amis du littoral d’Anglet)
  • Loïc Gouguet, responsable de la Mission littorale nationale de l’ONF
  • Cyril Mallet, ingénieur risques côtiers et chef de projet littoral, OCA / BRGM
  • Pascal Rabiller, journaliste et chef du service Eco de Sud Ouest, en charge de l’animation de cette table-ronde
La table-ronde dédiée à la thématique « De l’observation à l’action, quelle organisation pour une gestion durable du littoral aquitain ? »
Crédit photo : Observatoire de la Côte Aquitaine / Com’ by AVM

Les intervenants ont rappelé la nécessité de pérennisation des actions de suivis et d’expertise de l’OCA. Il a également été évoqué que ce partenariat historique est un projet faisant l’objet de conventionnements. Cette organisation souple et non figée lui permet d’évoluer rapidement et de s’adapter aux besoins de manière efficace, mais dont la structure juridique pourrait être consolidée, ce qui doit amener son évolution à être discutée entre partenaires de manière prospective et durable. Il en est de même pour son emprise géographique, ses missions (érosion côtière, submersion marine, biodiversité) ou les partenaires qui le composent comme par exemple les collectivités locales qui portent des stratégies de gestion de la bande côtière ou le Conservatoire du Littoral qui a rappelé la plus-value des expertises de l’OCA au sein de ses plans de gestion.

Les échanges avec la salle ont également porté sur d’autres sujets essentiels tels que la proposition de loi portant sur l’adaptation des territoires littoraux au changement climatique qui pourrait revenir à l’ordre du jour à l’Assemblée Nationale ; l’exemple des stratégies locales de gestion de la bande côtière comme à Capbreton et Lacanau ; ou l’importance de la pédagogie et de la connaissance pour la culture du risque.

Pour clôturer cette journée, certains des pionniers de l’Observatoire ont été appelés à monter sur scène pour témoigner de la création et de la mise en place du projet. Béatrice Daubet (ex-ONF), Jean Favennec (ex-ONF), Bertrand Duport (ONF), Yves-Michel Le Nindre (ex-BRGM), Xavier Desurmont (ancien secrétaire général adjoint aux affaires régionales) et Anne Guchan (Région Nouvelle-Aquitaine) sont revenus, avec émotion, sur l’aventure OCA en évoquant quelques anecdotes.

L’ensemble des photos de la journée sont à retrouver dans la médiathèque de l’OCA.