Qui sommes-nous ?

De l’embouchure de l’estuaire de la Gironde au Nord, jusqu’à celui de la Bidassoa, au Sud, le littoral aquitain est un territoire d’exception, attractif, préservé… et confronté aux phénomènes d’érosion et de submersion marine. Des phénomènes naturels qui peuvent parfois revêtir un caractère exceptionnel, comme ce fut le cas des tempêtes de l’hiver 2013-2014.

Créé en 1996, l’Observatoire de la Côte Aquitaine a pour rôle de mettre au service des acteurs du littoral un outil scientifique et technique d’aide à la décision, à la gestion et à la prévention des risques côtiers.

L’enjeu : accompagner les stratégies de développement durable de manière à prendre en compte l’évolution morphologique du littoral et les richesses de son patrimoine naturel tout en s’adaptant au changement climatique.

Les missions de l’Observatoire de la Côte Aquitaine sont les suivantes :

  • Connaître l’environnement en mobilisant notamment un réseau unique de mesures et d’observations scientifiques et techniques afin de suivre l’évolution de l’érosion du littoral, les phénomènes de submersion marine et de tempêtes à partir d’instruments de précision : GPS, LIDAR, photographies aériennes, images satellites de très haute résolution, lasers 3D…
  • Expertiser et recommander en offrant gratuitement aux élus et aux décideurs un savoir-faire scientifique, technique et objectif d’aide à la décision et à la gestion de l’environnement du littoral aquitain.
  • Communiquer en mettant à disposition du grand public et des gestionnaires de la côte aquitaine des données scientifiques et des informations actualisées, validées par des groupes d’experts sur la faune, la flore et la qualité du milieu.
Découvrir l’Observatoire de la Côte Aquitaine en images

Chargé de suivre l’érosion et la submersion sur l’ensemble du territoire aquitain, l’Observatoire de la Côte Aquitaine est porté par deux opérateurs que sont le BRGM et l’ONF, et financé par l’Europe (FEDER), l’État, la Région Nouvelle-Aquitaine, les départements de la Gironde, des Landes, des Pyrénées-Atlantiques et le Syndicat intercommunal du bassin d’Arcachon (SIBA). Un travail en étroite collaboration est mené avec le GIP Littoral Aquitain et les universités de Bordeaux (unité mixte de recherche EPOC), et de Pau et des Pays de l’Adour (laboratoire SIAME) ainsi que le Centre de la mer de Biarritz (programme ERMMA).