L’hiver 2023-2024 sur le littoral néo-aquitain

Cette page vise à diffuser les observations réalisées par les membres du Réseau tempêtes de l’Observatoire de la Côte de Nouvelle-Aquitaine après l’été 2023 et durant l’hiver 2023-2024. Un résumé et une note de synthèse seront publiés après chaque événement tempétueux ayant fait l’objet d’un suivi par les membres de ce réseau. Un bilan général sera dressé à la fin de la saison hivernale.

Poste MNS de La Salie Nord le 30/10/2023. © OCNA (Mathieu Brugère)

Synthèse de l’état des plages post-été

Le suivi de l’état des plages après la saison estivale est un relevé effectué pour la première fois en fin d’été 2023 et qui a vocation à être renouvelé au cours des prochaines années. Ce relevé est assuré par 14 techniciens de terrain de l’Office National des Forêt (ONF) membres de l’Observatoire de la côte de Nouvelle Aquitaine (OCNA) sur l’ensemble des linéaires sableux de la région Nouvelle-Aquitaine où l’ONF intervient, soit plus de 300 kilomètres.

L’objectif est de disposer d’un état des lieux post-été (après les rechargements de plage naturels estivaux) de la capacité de la plage à pouvoir ou non protéger le cordon dunaire lors des tempêtes hivernales.

Pour obtenir un indice synthétique de l’état des plages post-été, deux zones ont été prioritairement décrites :

  • l’arrière-plage, définie ici comme la zone située au-dessus des laisses de haute mer moyenne ou au-dessus de la berme lorsqu’elle est présente ;
  • l’avant-plage, définie ici comme la zone de l’estran située entre le niveau de haute mer moyenne et le niveau de basse mer moyenne.
Schéma de la zone d’étude. Source : ONF

L’état des plages est alors classé en trois niveaux définis à dire d’expert par le pilote OCNA de ce suivi à partir des éléments fournis par les techniciens ONF :

  1. Correct : Les apports de sable estivaux sont présents et joueront un rôle de protection efficace de la dune lors des premières tempêtes hivernales ;
  2. Moyen : Les apports de sable estivaux existent mais sont trop limités pour protéger durablement la dune des premières tempêtes hivernales ;
  3. Faible : L’état des plages avant l’hiver présente des faiblesses anormales et la dune est en position de vulnérabilité face aux premières tempêtes hivernales ;

Les éléments qualitatifs et quantitatifs suivant sont utilisés pour attribuer le niveau d’état des plages aux différents linéaires de plage couverts par les relevés de l’ONF :

  • présence ou non d’une berme et type ;
  • hauteur et largeur de la berme ainsi que sa distance au trait de côte ;
  • forme de l’arrière-plage ;
  • présence de figures sédimentaires (marche, coin sableux, amorce de banquettes).

Sur l’ensemble de la zone d’étude plus de 50 % du linéaire de plage décrit est considéré comme « Correct », c’est-à-dire que les apports de sable estivaux pourront jouer un rôle de protection efficace. Les plages ayant un niveau moyen ou faible se répartissent le reste à hauteur de 25% chacune.

Répartition en kilomètres des niveaux d’état des plages après l’été 2023 sur l’ensemble du linéaire côtier suivi par l’ONF

La répartition par département fait apparaître de nombreuses disparités. En effet, le littoral des Landes n’est impacté qu’à moins de 5 % par un état des plages « Faible » (apport sédimentaire insuffisant) alors que ce taux dépasse le tiers du littoral pour les départements de Gironde et de Charente-Maritime.

Répartition en pourcentage des niveaux d’état des plages après l’été 2023 par département

Pour l’année 2023, le niveau d’état des plages suit un gradient nord/sud : il est globalement « Moyen » voire « Faible » en Charente-Maritime, majoritairement « Correct » en Gironde avec toutefois des sites en grand déficit sédimentaire. Enfin l’état des plages est très majoritairement satisfaisant dans les Landes avec très peu de sites en fort déficit.

Cartographie de la synthèse de l’état des plages après l’été 2023

Tempête Aline (20 et 21 octobre 2023)

La tempête Aline s’est traduite par des conditions de fort vent au cours des journées du 20 et 21 octobre 2023. D’abord à tendance sud-ouest le 20 au matin, le vent est ensuite passé plein ouest dans l’après-midi. Le 20 en fin de journée, le vent a atteint une vitesse moyenne supérieure à 60 km/h au niveau du Cap Ferret et de 50 km/h au niveau des phares de Chassiron et d’Anglet.

Carte de vent de la tempête Aline, le 20 octobre 2023 (sources : NCEP, EARTH). Encart gauche : niveau d’impact érosif prévu dans le bulletin de surveillance érosion de l’OCNA. Encart droit : carte de vigilance ″vagues submersion″ de Météo-France du vendredi 20 octobre 2023

De fortes vagues ont également touché l’ensemble du littoral régional au cours de ces 2 journées. Le pic de vagues a été atteint dans l’après-midi du 20, où des hauteurs significatives (maximales) de 5,5 m (9,5 m) et 7 m (12 m) ont été mesurées par la bouée Oléron Large et celle d’Anglet respectivement, ainsi qu’une période avoisinant les 12,5 s.

Ces conditions ont engendré des surcotes comprises entre 30 et 90 cm selon les secteurs, dans un contexte de coefficient de marée relativement faible (coefficient de 56 le 20 octobre après-midi). Les niveaux marins mesurés lors de la pleine mer du 20 octobre après-midi n’étaient donc pas particulièrement élevés avec :

  • 5,05 m CM (surcote de pleine mer de 36 cm) à La Cotinière à Saint-Pierre-d’Oléron ;
  • 4,48 m CM (surcote de pleine mer proche de 90 cm) à Arcachon-Eyrac ;
  • 4,20 m CM (surcote de pleine mer proche de 85 cm) à Bayonne-Boucau.

Les observations réalisées par les membres du Réseau tempêtes à la suite de cet évènement ont permis de réaliser une cartographie des impacts érosifs et des occurrences de submersion marine à l’échelle de la Nouvelle-Aquitaine (voir ci-dessous). Les principaux constats sont les suivants :

  • Le littoral de Nouvelle-Aquitaine a été moyennement impacté par la tempête Aline, avec des reculs dunaires observés essentiellement dans les zones connues pour être sensibles à l’aléa érosion. Ces reculs se concentrent sur les communes de La Tremblade, Lège-Cap-Ferret et La Teste-de-Buch. L’apparition de petites entailles dunaires a également été observée dans le Centre Landes sur les communes de Lit-et-Mixe et de Vielle-Saint-Girons.
  • En dehors de ces quelques secteurs, les impacts érosifs ont été mineurs, avec ponctuellement de légers abaissements du haut de plage et un lissage des bermes. La formation de coins sableux à l’interface plage-dune a aussi été observée ponctuellement en Gironde et de manière plus dense dans les Landes (cas de Biscarrosse, Mimizan et Sud Landes). Ces dépôts sédimentaires éoliens en pied de dune sont une des autres conséquences de cette première tempête.
  • Quelques débordements et franchissements de paquets de mer ont été constatés dans les communes de Lège-Cap-Ferret, Andernos-les-Bains, Lanton et Audenge.
  • Dans le bassin d’Arcachon, sous l’effet des forts vents, de très nombreux bateaux se sont décrochés de leurs corps-morts et se sont échoués sur le rivage.
  • Il n’a pas été porté à connaissance du Réseau tempêtes de mouvements de terrain pouvant être mis en relation avec le passage de cette tempête.

La note bilan relative à cet évènement Tempête Aline est téléchargeable ci-dessous. Une fiche dédiée à cette tempête a également été créée dans la base de données tempêtes, accessible depuis ce lien.

Cartographie des impacts (érosion/submersion) de la tempête Aline du 20-21/10/2023 sur le littoral de la Charente-Maritime, générée par la compilation des observations de terrain portées à connaissance des membres du Réseau tempêtes de l’OCNA
Cartographie des impacts (érosion/submersion) de la tempête Aline du 20-21/10/2023 sur le littoral de la Gironde, des Landes et du Pays basque, générée par la compilation des observations de terrain portées à connaissance des membres du Réseau tempêtes de l’OCNA

Tempête Céline (27 au 29 octobre 2023)

La tempête Céline s’est traduite par des conditions de fort vent d’ouest, les 27, 28 et 29 octobre 2023, avec des vitesses moyennes comprises entre 40 et 60 km/h, de la Charente-Maritime jusqu’au nord des Landes. Plus au sud vers le Pays Basque, les vitesses de vent étaient inférieures, ne dépassant pas les 35 km/h de moyenne.

Carte de vent de la tempête Céline, le 27 octobre 2023 (sources : NCEP, EARTH). Encart gauche : niveau d’impact érosif prévu dans le bulletin de surveillance érosion de l’OCNA. Encart droit : carte de vigilance ″vagues submersion″ de Météo-France du vendredi 27 octobre 2023

Elle s’est également traduite par des vagues énergétiques sur l’ensemble du golfe de Gascogne, caractérisées par des périodes comprises entre 12 et 13 s et des hauteurs significatives avoisinant les 5 m, mesurées au niveau des bouées Cap Ferret et Anglet. Les hauteurs maximales de vagues ont respectivement atteint des valeurs supérieures à 9 et 7 m au niveau de ces bouées.

Ces conditions ont engendré des surcotes de plusieurs dizaines de centimètres selon les secteurs, dans un contexte de forts coefficients de marée (103 le 28 octobre après-midi), élevant ainsi le plan d’eau à des niveaux très élevés. Lors de la pleine mer du 28 octobre après-midi, il a été mesuré les niveaux marins suivants :

  • 6,50 m CM (surcote de pleine mer de 50 cm) à La Cotinière, à Saint-Pierre-d’Oléron ;
  • 5,35 m CM (surcote de pleine mer proche de 70 cm) à Arcachon-Eyrac. A titre de comparaison le niveau atteint sur ce marégraphe lors de la tempête Xynthia était de 5,53 m CM ;
  • 5,10 m CM (surcote de pleine mer proche de 70 cm) à Bayonne-Boucau.

Les observations réalisées par les membres du Réseau tempêtes à la suite de cet évènement ont permis de réaliser une cartographie des impacts érosifs et des occurrences de submersion marine à l’échelle de la Nouvelle-Aquitaine (voir ci-dessous). Les principaux constats sont les suivants :

  • Le littoral de Nouvelle-Aquitaine a été assez fortement impacté par la tempête Céline, avec des reculs dunaires atteignant plusieurs mètres, dans de nombreux secteurs en Charente-Maritime, dans le Nord Gironde, sur les plages situées autour des passes du Bassin d’Arcachon et dans le Centre Landes.
  • L’érosion semble avoir été plus marquée en Charente-Maritime avec de longs linéaires érodés et la formation ou reprise de brèches dunaires, à la pointe de Gatseau et la pointe de la Coubre. Le sud de l’île d’Oléron affiche des reculs du pied de dune parmi les plus importants observés à l’issu de cette tempête avec des valeurs d’au moins 5 à 10 m.
  • Le Centre Gironde, le Nord et Sud Landes ont dans l’ensemble été épargnés par les reculs dunaires. Toutefois, des abaissements de plage notables et un lissage des bermes y ont été observés.
  • Des débordements et des franchissements de paquets de mer ont été constatés en de nombreux points en Charente-Maritime (Nieul-sur-Mer, la Tremblade), dans le Bassin d’Arcachon (Lège-Cap-Ferret, Arès, Andernos, Audenge, Lanton, Gujan-Mestras, Arcachon), dans le sud des Landes, au lac d’Hossegor et dans le Pays Basque (Anglet, Biarritz).
  • Il n’a pas été porté à la connaissance du Réseau tempêtes de mouvements de terrain pouvant être mis en relation avec le passage de cette tempête.

La note bilan relative à cet évènement Tempête Céline est téléchargeable en pied de page. Une fiche dédiée à cette tempête a également été créée dans la base de données tempêtes, accessible depuis ce lien.

Cartographie des impacts (érosion/submersion) de la tempête Céline du 27-29/10/2023 sur le littoral de la Charente-Maritime, générée par la compilation des observations de terrain portées à connaissance des membres du Réseau tempêtes de l’OCNA
Cartographie des impacts (érosion/submersion) de la tempête Céline du 27-29/10/2023 sur le littoral de la Gironde, des Landes et du Pays basque, générée par la compilation des observations de terrain portées à connaissance des membres du Réseau tempêtes de l’OCNA

Documents