L’hiver 2022-2023 sur le littoral néo-aquitain

Cette page recense l’ensemble des observations réalisées par les membres du Réseau tempêtes de l’Observatoire de la Côte de Nouvelle-Aquitaine durant l’hiver 2022-2023. Un résumé et une note de synthèse seront publiés après chaque événement tempétueux. Un bilan général sera dressé à la fin de la saison hivernale. D’ici à la fin de l’année, l’équipe de l’Observatoire complètera cette page avec un encart de suivi de l’état des plages et des conditions énergétiques de l’hiver.

Focus sur l’état des plages en début d’automne

La saison estivale 2022 a permis de recharger les plages de Nouvelle-Aquitaine de manière significative dans une très grande majorité, les rendant résistantes face aux premiers événements hivernaux.

Les secteurs où le rechargement en sable a été limité sont ceux habituels, soit le nord Médoc (Soulac-sur-Mer, Carcans, Lacanau), le sud du bassin d’Arcachon (La Teste-de-Buch, Biscarrosse) et le sud des Landes (Seignosse, Hossegor et Labenne), avec toutefois une grande hétérogénéité.

Ce premier bilan a été réalisé grâce au Réseau tempêtes de l’OCNA. Émanation de l’Observatoire de la côte de Nouvelle-Aquitaine (OCNA), le Réseau tempêtes a pour mission la surveillance du littoral face aux évènements érosifs. À l’heure actuelle, il déploie une organisation technique et humaine sur les 350 km de côte de l’ex-région Aquitaine pour informer sur les impacts potentiels des tempêtes, observer et mieux comprendre leurs conséquences (cf rapport en bas de page).

Caractéristiques et bilan des zones nord Médoc et nord Bassin d’Arcachon

Malgré de gros coefficients de marées survenus mi-octobre 2022, les plages du nord Médoc sont encore bien chargées en sable. Ce fort ensablement du haut de plage a engendré une montée de l’océan en pied de dune, notamment sur les zones en érosion chronique.

  • Sur les secteurs de Montalivet - Vensac, pas de bermes mais de nombreux et importants coins sableux sont apparus. Aucun déficit n’a été observé à la fin de la saison estivale, qui laisse une capacité de résilience importante au système dunaire.
  • Sur les secteurs de Carcans - Hourtin, des bermes rectilignes discontinues se sont fortement constituées. Les largeurs de plage étant assez faibles, le vent et les houles ont commencé à redistribuer ces accumulations  : saupoudrage de sable sur la dune.
  • L’Office national des forêts recense de nombreuses bermes discontinues sur les secteurs de Carcans et Lacanau. Celles-ci sont globalement larges (puisqu’elles atteignent 20 à 35 mètres) et hautes (de 1,5 à 2,5 mètres). Les banquettes et dune embryonnaires conservent, elles, une bonne dynamique.
Photographie de l’état de la plage de Carcans-Plage
Crédit photo : Office national des forêts
  • La saison hivernale 2021-2022, plutôt clémente aux niveaux érosions marine et éolienne, avait déjà laissé des plages bien constituées en début d’été. Les houles printanières et estivales, ainsi que de récents apports de sable ont reconstitué des bermes très imposantes et quasi continues. Du Porge à Lège, les bermes continues peuvent mesurer plus de 2 mètres de haut pour une largeur comprise entre 30 et 40 mètres. Ces dernières se caractérisent dans leur configuration optimum sur l’ensemble du secteur sud de Lacanau Océan.
Photographie de l’état de la plage de La Jenny au Porge (Gironde)
Crédit photo : Office national des forêts

Si la berme est plus discontinue au nord (avec une alternance de phases lisses et plus épaisses), la largeur et l’épaisseur globale est très satisfaisante en ce début d’automne.

Caractéristiques et bilan de la zone sud bassin d’Arcachon (Gironde et Landes)

  • Les secteurs de La Teste-de-Buch et Biscarrosse sont caractéristiques du littoral de Nouvelle-Aquitaine avec des plages au profil légèrement bombé et une alternance de zones en érosion  : la Corniche, le Gaillouneys, le Petit Nice sud. Quant aux bermes, elles se sont formées au sud de la Salie et du Trencat.
  • Biscarrosse et Mimizan : secteurs pourvus de bermes continues de 2 mètres de haut et apparaissant généralement à 40-50 mètres du trait de côte. Les remontées de terrain du Réseau tempêtes ont montré une alternance de zones à faible érosion et de plages au profil bombé, tout comme les secteurs précédents.
  • Ces bermes continues prospèrent au nord de Mimizan, jusqu’à Lespecier. Elles deviennent alors discontinues jusqu’à Contis. Celles-ci avoisinent les 2 mètres de hauteur. Nous pouvons dès lors constater un début d’étalement vers l’océan Atlantique, lié aux périodes de gros coefficients. Plusieurs épisodes de fortes vagues se sont succédés mi-septembre et mi-octobre.
  • Lit-et-Mixe alterne des zones avec et sans bermes. Lorsqu’elles sont présentes, les bermes sont rectilignes, de 2 mètres de hauteur et sont étalées plutôt sur l’avant plage. Dans certains secteurs, les bermes sont quasi inexistantes. Il reste tout de même quelques bermes résiduelles de moins d’un mètre. Ces profils de plage convexe possèdent une succession de fort abaissement et des falaises de haut de plage.
  • Pour Moliets et Soustons, nous pouvons noter la présence de bermes en croissants aplanies peu éloignées du trait de côte (de 20 à 30 mètres) et de hauteur entre 1,5 et 3 mètres. De manière générale, l’état actuel des plages permettra d’affronter les premiers événements hivernaux.
Photographies de l’état des plages, zone sud bassin d’Arcachon
Crédit photos : Office national des forêts

Documents

Documents
Type Titre Chargé le Par Poids
RP-67148-FR « Mise en place du Réseau Tempêtes de l’Observatoire de la Côte Aquitaine » 02/12/2022 T. Bulteau, F. Paris, A. Nicolae Lerma, H. Muller 20.3 Mo